pompages

Nos compétences en pompages d'essai

Les pompages d’essai sont réalisés dans le cadre d’études hydrogéologiques (études de BAC, traçage), de diagnostics d’ouvrages (caractérisation hydrodynamiques, pertes de charge), de travaux de régénération, de réhabilitation et dans le cadre d’un ouvrage « neuf » (détermination des paramètres hydrodynamiques, qualité de l’eau, comportement de l’aquifère, etc.).
On distingue 2 types de pompages d’essai, l’essai de puits (paliers de débits croissants enchainés ou déchainés) et l’essai de nappe (débit fixe et constant pendant une durée de 8 à 72 heures). Chacun ayant des objectifs différents.

 

POMPAGE D'essai type « essai de puits »

  • Réalisé selon un cahier charges défini par un Bureau d’Etude, par la Norme NF P 94-130 dans le cadre d’études (nombre et durée des paliers, type d’enchainement, débit max, etc.)
  • Mise en place de loggers dans l’ouvrage testé et autres piézomètres selon les besoins,
  • Fourniture et maintenance de groupes électrogènes sur bac de rétention,
  • Suivi et mesures in situ, prélèvements pour analyses laboratoires.
     

POMPAGE LONGUE Durée ou « essai de nappe »

  • Réalisé selon un cahier charges défini par un Bureau d’Etude, par la Norme NF P 94-130 dans le cadre d’études (débit de pompage, durée, mesures et prélèvements, etc.),
  • Mise en place de loggers dans l’ouvrage testé et autres piézomètres selon les besoins,
  • Fourniture et maintenance de groupes électrogènes sur bac de rétention,
  • Suivi en continu, mesures in situ, prélèvements pour analyses laboratoires.
     

Développement d'ouvrages

Les opérations de développement consistent à améliorer la perméabilité de la formation aquifère située autour de la crépine dans le cas de forage, autour des drains (puits à drains rayonnants) ou des barbacanes (puits à barbacanes).
En pompage, dans le cas d’une formation aquifère non uniforme et homogène, les vitesses de circulation d’eau entre les grains constituant l’aquifère sera d’autant plus élevée que l’on se rapproche du point de pompage.
Il s’ensuit donc un classement naturel des matériaux de la formation autour de la partie captante, les éléments les plus fins étant entrainés vers l’intérieur de l’ouvrage.
Suivant le contexte et le type d’ouvrage, on distingue différents techniques de développement : pistonnage par pompage alterné, surpompage, pompage par air lift (émulsionneur), pistonnage mécanique, jetting à l’eau.

Développement par pistonnage

  • Réalisé à l’aide d’un piston manœuvré suivant un mouvement de translation dans l’ouvrage sans interruption à des vitesses adaptées.

Développement par pompage alterné

  • Réalisé à l’aide d’une électropompe fonctionnant en discontinu : arrêts et marches successifs de la pompe à des débits croissants jusqu’à obtention d’une eau claire.

Développement par air lift

  • Réalisé à l’aide d’un émulsionneur ou air lift double colonne au débit max de l’ouvrage jusqu’à obtention d’une eau claire.
haut